Devoirs

Voici
 plusieurs 
conseils 
que 
vous 
pouvez 
mettre 
en
 pratique 
avec 
votre 
enfant 
à 
la 
maison 
lorsque 
vous 
l’aidez
 à 
faire
 ses 
devoirs.

Établissez 
une 
routine

Alors,
 ce
 sera 
au
 retour 
de 
l’école, 
après 
le 
souper, 
en 
soirée ?

Voyez 
avec 
votre
 enfant 
le 
moment 
qui 
convient 
le 
mieux 
à 
tous.

Où 
faire 
ses 
devoirs ?
Certains
 ont 
besoin 
d’une 
présence 
et 
de 
bruits 
rassurants 
de 
la 
maison, 
d’autres 
sont
 heureux 
seuls 
à 
leur 
pupitre.
Dans 
tous 
les 
cas, 
éteignez 
télévision, 
cellulaire 
et
 jeux 
vidéo. 
Et 
assurez-vous 
que 
l’enfant 
a 
tout 
le 
matériel 
dont 
il 
a 
besoin : 
ça 
lui
 évitera 
de 
se 
lever !

Fixez
 des 
limites

Des
 devoirs 
qui 
s’éternisent 
durant
 deux 
heures, 
au 
primaire, 
c’est 
trop.
Parlez 
à
 l’enseignant 
et 
vérifiez 
ses 
attentes. 
La
 durée 
idéale, 
selon 
des 
spécialistes, 
est
 de 
20 
à 
60 
minutes 
par 
jour
 au
 primaire 
et 
d’une 
à 
deux 
heures 
au
 secondaire.
 Pour 
les 
enfants 
qui 
ont 
du 
mal 
à 
rester
 en 
place, 
entrecoupez 
la 
période 
d’une
 pause. 
Et 
-
pourquoi 
pas ?
- 
gardez 
un
 peu 
de 
devoirs 
pour 
le 
matin : 
5
 minutes 
au
 lever
 valent 
parfois 
mieux 
que 
30
 minutes 
le 
soir 
quand 
tout
 le
 monde 
est 
épuisé.
 Faites 
également 
remarquer 
à 
vos 
jeunes 
les 
moments 
où 
ils 
perdent 
du 
temps.
 Certains 
spécialistes 
suggèrent 
par 
ailleurs 
de 
fixer 
une 
durée 
obligatoire :
 si
 l’enfant
 termine 
avant, 
qu’il 
révise !

Soyez
 disponible

Cultivez
 le
 lien
 avec
 l’école
 dès 
la
 maternelle
 et 
ayez 
l’œil 
sur 
les 
travaux
 même
 au 
secondaire
 (les 
ados
 allergiques
 au
 contrôle 
ont 
aussi
 besoin
 d’encouragement). 
Car 
les 
experts
 sont
 unanimes : 
l’intérêt
 des 
parents
 pour 
les  études 
de 
leurs 
enfants 
est 
l’une 
des 
meilleures 
garanties
 de 
réussite.
 Que 
les 
devoirs 
soient 
faits 
à 
l’école 
n’exclut 
pas 
de 
consacrer 
du
temps 
à 
leur
 vérification. 
Profitez-en
 pour 
discuter
 avec 
l’enfant, 
interrogez-le 
sur 
ce
 qu’il 
a  appris. 
Les 
parents 
qui 
manquent
 de
 temps
 devraient 
revoir 
l’horaire 
familial :
 combien 
d’heures
 passe-t-on
 devant
 la
 télévision,
 l’ordinateur, 
à
 l’aréna ?
 Il
 faut
 aussi
 maintenir
 l’équilibre, 
car 
trop
 d’enfants
 sont 
épuisés 
par 
leurs 
agendas dignes
 de
 ministres.
 Enfin, 
partagez
 les 
tâches : 
dans 
la 
majorité
 des
 cas, 
ce
 sont
 encore
 les
 mères 
qui 
supervisent 
les
 devoirs…

Ne
 jouez
 pas
 au
 prof

Mettez 
l’énergie
 au
 bon 
endroit : 
le
 rôle 
des 
parents 
est 
d’encadrer, 
de 
guider 
et
 d’encourager, 
pas 
d’enseigner. 
Quand
 l’enfant 
ne 
comprend 
pas, 
posez-lui 
des
 questions : 
Comment 
s’y 
est-il 
pris ? 
Où 
a-t-il 
éprouvé
 des
 difficultés ?  L’objectif 
est 
 de 
l’amener 
à 
trouver
 lui-même
 des 
réponses 
et 
de 
le 
motiver 
sans 
le 
fatiguer.

Ne 
faites
 pas
 ses
 devoirs 
à
 sa
 place

Trop
 d’aide 
est 
aussi 
nuisible 
que 
trop 
peu. 
C’est 
à 
l’enfant 
de 
faire 
ses
 devoirs.
 Encadrez-le 
sans 
intervenir 
et 
soyez
 là
 quand
 il
 faut
 pour 
répondre
 à
 ses
 questions.

Laissez-lui
 le
 droit 
à
 l’erreur

Pourquoi 
insister
 pour 
que
 l’enfant
 remette 
un 
devoir 
parfait ?
 S’il 
n’y
 a
 aucune
 faute, 
l’enseignant 
ne 
peut
 savoir 
que
 l’enfant
 a
 besoin
 de
 plus 
d’explications.
 Lorsqu’il 
bute 
sur 
un
 mot
 en 
lisant, 
il 
faut 
lui 
donner
 quelques
 instants 
pour 
se reprendre.
 Ce 
n’est 
qu’après 
que 
le
 parent
 pourra 
lui 
fournir 
des
 indices.
 Rappelez-vous
 que
 l’apprentissage,
 c’est 
difficile !
 Et
 que
 droit 
à 
l’erreur
 ne
 signifie 
pas 
laisser-aller : 
assurez-vous 
que 
les 
travaux 
n’ont
 pas
 été 
bâclés,
 que la
 présentation
 est
 propre. 
Il 
faut 
apprendre
 à
 l’enfant 
le
 sens
 du
 travail
 bien 
fait
 et 
l’amener
 à
 terminer
 ce
 qu’il 
a 
commencé.

Soyez
 ferme…
 mais
 flexible

Soyez
 un 
guide.
 Faites
 comprendre 
à 
votre 
enfant
 ce 
que
 vous 
attendez
 de 
lui,
 félicitez-le 
s’il 
travaille 
bien 
et 
ne
 cédez
 pas
 à
 la
 manipulation. 
Il 
assure
 avoir 
déjà
 tout
 fait 
au
 service
 de
 garde ? 
Demandez-lui 
de 
vous 
montrer
 ses
 travaux.
 Lorsqu’il 
verra 
que 
c’est 
important 
pour 
vous, 
il 
fournira 
plus
 d’efforts. 
La 
fermeté
 n’exclut 
cependant
 pas 
la
 flexibilité. 
Si 
l’enfant
 est
 fatigué, 
inutile 
d’insister : 
il
 n’apprendra
 plus 
rien.

Rendez-le
 autonome

En
 1ère 
année,
 vous
 devez
 assurer 
une
 supervision
 directe,
 vous
 asseoir
 avec
 l’enfant. 
À 
mesure
 que
 celui-ci
 grandit, 
prenez
 vos 
distances
 tout 
en
 restant
 dans
 le 
paysage.
 L’enfant 
développera 
sa 
confiance 
en
 lui 
et
 acquerra
 une
 méthode
 de
 travail
 qui
 lui
 sera
 utile 
tout
 au
 long
 de
 ses 
études. 
Lorsque
 le
 professeur
 accorde 
quelques 
jours 
pour 
faire 
les 
devoirs, 
gare
 à
 la
 tentation
 de
 vouloir 
tout
 organiser 
à 
la 
place
 de 
l’élève.
 Mieux
 vaut 
lui 
apprendre
 à
 gérer 
son 
temps,
 à
 prévoir 
les 
différentes
 étapes,
 pour
 qu’il 
puisse
 s’organiser 
tout 
seul.

N’hésitez
 pas
 à
 chercher
 de
 l’aide

La
 meilleure
 formule
 d’aide
 aux 
devoirs 
dépend
 de 
la 
personnalité
 de
 l’enfant.
 Certains
 sont 
motivés
 par 
un
 groupe,
 d’autres 
sont
 gênés 
et 
préfèrent 
l’aide
 individuelle. 
D’autres 
encore
 sont
 plus 
à 
l’aise 
en 
ligne, 
car 
ils 
n’ont 
pas
 peur
 d’être 
jugés.
Ce
 service
 ne
 convient 
toutefois
 pas
 aux
 élèves 
non 
autonomes 
ou
 ayant 
d’importantes
 difficultés 
d’apprentissage.

Restez
 en
 contact
 avec
 son
 professeur

Votre
 enfant
 trouve
 ses 
devoirs 
trop 
difficiles 
et
 jure
 qu’il
 n’a 
pas 
vu
 la
 matière
 en
 classe ? 
Écrire 
une
 note 
à
 son 
professeur est 
la
 meilleure
 solution.
 Parfois, 
le
 simple 
fait
 de 
dire 
à 
l’enfant
 qu’on 
va 
en 
parler 
à
 son
 enseignant
 lui 
fait 
soudainement
 se
  rappeler 
que
 la
 matière 
a
 bien
 été 
vue,
 mais 
qu’il 
n’a 
pas 
écouté… 
ou
 pas
 compris. 
Quoi 
qu’il 
en
 soit, 
il 
faut 
l’encourager 
à 
demander
 des 
explications
 supplémentaires 
à 
l’enseignant 
en 
cas 
de 
problèmes.